Promouvoir l’éco-conception, développer le recyclage, favoriser l’innovation et partager les bonnes pratiques du territoire : pour accélérer l'économie circulaire dans les territoires, Citeo a lancé les Ateliers de l’Economie Circulaire. Autour de visites de sites vitrines et de réunions de travail, collectivités locales, Etat, entreprises, associations, mais aussi universitaires, think tanks et experts échangent sur les enjeux de l'éco-conception, du tri et du recyclage et de l'innovation technologique dans le champ de l'économie circulaire.  Citeo a organisé le 16 mai à Nantes un nouveau cycle de rencontres. 

Bonnes pratiques, innovation… les intervenants au colloque témoignent en vidéo ! 

Les intervenants

Jean-Michel BUF, Vice-Président économie circulaire de la commission Territoires, ruralité, santé, environnement, transition énergétique, croissance verte et logement, Conseil Régional des Pays de la Loire

Pascal PICQ, paléoanthropologue et maître de conférences au Collège de France

Geneviève FERONE, créatrice et responsable scientifique du Mastère Spécialisé Ecologie Industrielle de Centrale Paris, vice-présidente de la Fondation pour la Nature et l’Homme

Hervé ROBINEAU, maire de Mouchamps (Vendée), président de Trivalis

Sandrine ROUSSEAUX, chargée de recherche au CNRS, responsable de la Cellule Économie Circulaire à Capacités, Université de Nantes

Corinne BESNARD, membre élue du bureau de la CCI Pays de la Loire ; 1ère vice-présidente de la CCI de Nantes St-Nazaire ; fondatrice et dirigeante, Creatic Emball Services

Stéphane MERLET, responsable filière emballages, Fleury-Michon ; vice-président, Ligépack

Charles BARREAU, président, Association Ruptur

Célie COUCHÉ, fondatrice, Bout’ à Bout’

Benoît LACROIX, directeur régional adjoint, Ademe Pays de la Loire

Ateliers économie circulaire Pays de la Loire
Jacques Marceau, modérateur, Sandrine Rousseaux, Chargée de recherche au CNRS, Responsable de la Cellule Économie Circulaire à Capacités, Université de Nantes et Hervé ROBINEAU, président de Trivalis
Pays de la Loire chiffre clé 2
.
Pays de la Loire chiffre clé
.
Ateliers économie circulaire Pays de la Loire - verbatim Ademe
.

Quelques sites vitrines

L'exemple de Soignon / une charte éco-conception pour des emballages toujours plus responsables

La charte d’éco-conception Eurial s’appuie sur 4 axes :

  • RÉDUIRE le tonnage d’emballages mis sur le marché
  • FAVORISER l’utilisation de matériaux d’origine renouvelable, recyclés et recyclables
  • MINIMISER l’utilisation de substances à fort impact sur l’environnement (PVC, encres, colle)
  • RÉDUIRE l’impact du transport et du stockage de nos produits.

Dans cette optique, la marque Soignon en partenariat avec ses fournisseurs retravaille la composition des emballages :

  • Bûchettes Apéro Chèvre 100 g : 70 % de plastique recyclé dans la barquette
  • Saint-Vincent 150 g : 70 % de plastique recyclé dans la coque
  • Chèvres au lard 6x25 g: nouvel emballage avec 3x moins de plastique et réduction de la taille du fourreau.

Cette démarche permet aussi de réduire la consommation de ressource naturelle.

 

LAVAL (53) / Laval, premier réseau de chaleur CSR de France

Plus de 80 % de la chaleur distribuée sur le réseau de chaleur de Laval provient de la valorisation énergétique des déchets. Cette énergie de récupération provient des Combustibles Solides de Récupération (CSR). Les déchets non recyclables dotés d’un pouvoir calorifique élevé, sont valorisés sous forme d’énergie qui alimente les foyers à travers un réseau de chaleur.

Image retirée.La chaleur produite sur le site du groupe Séché à Changé, est acheminée jusqu’à Laval, puis distribuée sur les 18 km du réseau de chaleur urbain de Laval. Le réseau desservira à terme 6 400 équivalents-logements à partir de 80 sous- stations ce qui représente 75 000 MWh annuels de chaleur.

SAINT-CALAIS (72) / Le SMIRGEOMES : un projet de réduction des déchets de territoire éco-responsable porté par ses habitants

Impulser la démarche écocitoyenne des habitants, tel est, depuis 2010, le projet du SMIRGEOMES. Pari gagné, les usagers se sont appropriés les moyens déployés dans une logique d’économie circulaire et les collectes valorisables ont augmenté au profit des Ordures ménagères résiduelles qui ont chuté de 30 % en moins de 10 ans. Point d’apports volontaires, compostage, subvention gobelets réutilisables, redevance incitative, sensibilisation et extension des consignes de tri ont permis en 2016 de réduire la fréquence de collecte des ordures ménagères.

L’économie circulaire prend ainsi sa source au cœur des foyers Sarthois et le SMIRGEOMES qui va fusionner en 2020 avec le SICTOM du Loir-et-Cher, entend bien poursuivre cette démarche collaborative qui favorise un service public de qualité, écoresponsable et gagnant pour tous.

 

SAINT HERBLAIN (44) / Bout’ à Bout’ : le réemploi des contenants en verre

L’association Bout’ à bout’ développe une filière de réemploi, pour redonner de la valeur à la matière et créer une boucle plus vertueuse d’économie circulaire. Ce système permet, sous certaines conditions, jusqu’à 80 % de réduction des émissions de CO2 par rapport aux autres solutions de valorisation.

C’est aussi un enjeu de territoire, car il favorise les producteurs régionaux et l’emploi local dans le lavage et la logistique.

Répondant au souhait des acteurs de produire et consommer de manière responsable, Bout’ à Bout’ met en œuvre différentes actions pour structurer et développer cette filière.

  • elle lève les freins techniques liés à la solidité des bouteilles, aux étiquettes et accompagne les producteurs de boissons dans les adaptations nécessaires ;
  • elle organise un service de collecte mutualisé permettant de décharger les producteurs de la logistique de la consigne et de limiter l’espace de stockage requis chez les distributeurs. Cette logistique « clé en main », réalisée par des acteurs de l’insertion, repose sur une gamme standard de 7 bouteilles adaptées au réemploi;
  • elle informe et sensibilise les consommateurs, via un pictogramme sur les bouteilles, un label pour les partenaires, une communication sur les lieux de vente, des publications, des événements… ;
  • elle mobilise les parties prenantes pour la levée des freins et la structuration de la filière.

Suite à une expérimentation menée en 2017 et une étude de faisabilité régionale conduite en 2018, l’association, qui préfigure une Société Coopérative d’Intérêt Collectif, compte à ce jour une soixantaine d’acteurs engagés (producteurs et magasins)

Bout à bout
Célie Couché, fondatrice de Bout’ à Bout’

Retrouvez les bonnes pratiques et témoignages dans notre plaquette

 

Plaquette Pays-de-la-Loire
.