L’Observatoire du Geste de Tri des Français est une initiative de Citeo visant à mieux comprendre la manière dont les Français perçoivent et pratiquent le tri, afin d’en améliorer la performance.

A travers une enquête interrogeant 3250 Français, cette troisième édition de l’Observatoire, confiée à Ipsos, permet de suivre les évolutions des comportements des Français en la matière depuis les précédentes vagues de 2013 et 2017.

1. Plus de la moitié des Français (51%) trient désormais systématiquement leurs emballages

La très grande majorité des Français (89%) trient leurs emballages, une proportion qui varie donc peu. En revanche, désormais plus de la moitié des Français (51%) sont des trieurs systématiques pour les emballages, soit une hausse de 3 points depuis 2017 (48%), et de 7 points par rapport à 2013 (44%).

 

2. La fréquence de tri augmente dans toutes les catégories de population

Elle s’améliore particulièrement dans des catégories traditionnellement faiblement trieuses comme les habitants de l’agglomération parisienne (47%, +7 points) et les personnes occupant un appartement (46%, +5 points).

Elle augmente également fortement chez les femmes (53%, +5 points), les plus de 40 ans (56%, +5 points) et les employés (50%, +7 points).

Au final, la fréquence de tri reste néanmoins encore basse chez les plus jeunes (40%, -3 points, notamment parce que ceux-ci occupent souvent des logements plus petits que la moyenne), les bas revenus (43%, stable), et les habitants de logements sociaux (42%, +3 points) et les occupants de petites surfaces (44%, +3 points), ainsi que les catégories d’agglomérations peuplées et denses (44%, -1 point).

 

3. La fréquence de tri augmente surtout pour les petits emballages

Dans le détail, le tri systématique augmente surtout pour les petits emballages tels que les pots de yaourts (+5 points) ou les films/sachets en plastique (+4 points). Le tri de ces emballages est d’ailleurs naturellement plus fort dans les zones avec Extension de Consignes de Tri : 43% disent désormais trier le pot de yaourt systématiquement dans ces zones.

 

4. Le niveau d’information reste stable, mais un nombre important de Français ont toujours un doute sur le geste et la consigne

86% des Français estiment connaître les consignes de tri, même proportion qu’en 2017. Mais les trois-quarts des Français (75%) ont toujours des doutes sur certains emballages au moment de les jeter, la proportion n’ayant pas évolué non plus depuis 2017. Les doutes les plus importants concernent les petits emballages tels que le tube de dentifrice, l’aérosol, la barquette en plastique, le pot de yaourt, etc.

Les habitants des zones avec ECT sont moins nombreux à avoir des doutes par rapport aux autres, même si le chiffre est élevé dans les deux cas (72% contre 81%), certains habitants de zones ECT ne sachant pas forcément qu’ils sont en zone ECT et que les consignes de tri sont plus simples.

 

5. L’expertise des Français en matière de geste de tri se renforce

La qualité du tri - qui mesure si le geste de tri effectué est correct ou pas pour chaque emballage et selon la zone ECT/sans ECT - progresse également, avec 28% de bons trieurs : elle est en hausse de 4 points depuis 2017 et de 7 points depuis 2013.

L’amélioration touche toutes les catégories de population, et notamment celles traditionnellement moins trieuses (employés +5 points, agglomération parisienne +5 points, logements sociaux +5 points, etc).

A noter que la qualité du tri est deux fois plus importante au sein des zones avec ECT (39%) que sans ECT (21%).

 

5. Un contexte d’augmentation des inquiétudes sur l’avenir de la planète et l’environnement

La préoccupation environnementale est importante et en hausse chez les Français : 43% d’entre eux se disent fortement préoccupés par l’avenir de la planète (+12 pts vs 2017). Leur mobilisation est importante avec notamment 1 Français sur 5 (20%) se disant signataire de pétitions en faveur de l’environnement.

La très grande majorité (84%) des Français prend en compte l’environnement dans son mode de vie, mais une même proportion (82%) estime qu’elle peut faire davantage d’efforts.

La préoccupation des Français à l’égard des suremballages et des plastiques est aussi très forte (84%). Deux tiers des Français (69%) choisissent désormais de préférence les produits avec le moins d’emballage (+7 pts vs 2013).

Ils pensent également que les entreprises devraient s’impliquer davantage pour 68% (+9pts vs 2013) en faveur de l’environnement. Même si les Français ne minimisent pas leur propre responsabilité, les entreprises sont tenues pour principal responsable de la quantité d’emballages à jeter (par 57% d’entre eux).

Méthodologie : la première étude d’ampleur pour comprendre le tri des emballages chez les Français

L’Observatoire du Geste de Tri constitue une première en matière de compréhension du tri en France de par les moyens déployés :

  • Un échantillon de taille conséquente (3200 Français interrogés), ce qui permet de mesurer plus finement les différences entre catégories de Français ;
  • Un questionnement innovant sur les pratiques de tri afin de récolter le maximum de sincérité, de précision et de réalisme dans les réponses*. En effet, trop souvent la question sur le geste de tri est posée de manière théorique, générale, mesurant une attitude davantage qu’un comportement. Notre question sur le geste de tri pratiqué a ainsi suivi les principes suivants :

o Une question posée sur le geste effectué au cours du dernier mois (et non pas « de manière générale »)

o Une question portant sur le geste effectué sur 16 emballages précis

o Une question posée au répondant sur son propre comportement (et non pas sur celui de son foyer « en général ») Afin de mesurer encore plus finement le geste de tri et sa fréquence, nous avons ensuite posé :

une question pour savoir s’ils triaient systématiquement chaque emballage.

une question pour savoir si lors des dernières semaines le geste de tri n’avait pas été effectué pour certaines raisons (10 raisons proposées : le bac trop rempli ou déjà sorti, le manque de temps ou le fait de ne pas y penser, l’emballage sale, etc).

  • Un questionnaire très détaillé permettant de connaître précisément l’environnement de chaque répondant : une centaine de questions posées sur le système de tri dans sa commune, l’organisation des poubelles dans son appartement/sa maison/son immeuble, la description des bacs/poubelles de tri et leur environnement (porte-à-porte ou apport volontaire), des renseignements sur l’habitat (taille, état, équipement), l’environnement (quartier, rue)…
  • Un questionnaire également précis sur l’opinion des répondants au sujet du tri afin de cerner leurs freins et motivations, ainsi que sur l’environnement, leur rapport à la société, à la politique, etc : aucune dimension d’interrogation n’a été évacuée afin de pouvoir, à l’analyse, cerner les critères qui impactent le plus le geste de tri.

Mode de recueil : Internet, questionnaire auto-administré on-line via le panel d’Ipsos, Ipsos Interactive Services.

Dates de réalisation du terrain : Les interviews ont été réalisées du 10 au 23 mai 2019.