Malgré la crise sanitaire, le geste de tri résiste

#geste de tri#covid19
La France d’Après, Reboot ou Reset ? Sur les 2 500 personnes interrogées sur leurs habitudes en matière de tri durant la période de confinement, 78% ont gardé leurs habitudes. Retrouvez les résultats de l'étude menée par Citeo en partenariat avec Elabe.

La crise sanitaire et le confinement ont eu un impact fort sur la filière du recyclage avec à travers la France, l’arrêt de centres de tri, la fermeture des déchetteries et le ralentissement ou l’arrêt de la collecte sélective. Citeo a souhaité analyser l’impact de cette crise sur les perceptions et les comportements des Français face au tri et au recyclage. Dans le cadre de la démarche « La France d’Après, #Reboot ou Reset ? » de la société d’études et de conseil Elabe, 2500 personnes représentatives de la population ont été interrogées sur leurs habitudes en matière de tri durant la période de confinement et la place de l’environnement et du tri dans leurs aspirations pour le « Monde d’Après ».

Le tri, un geste solidement ancré dans les habitudes des Français et en progression durant le confinement

  • L’étude révèle que 78% des Français ont gardé leurs habitudes de tri durant le confinement et près de 1 sur 5 (18%) y a même fait beaucoup plus attention. Des chiffres importants dans un contexte pourtant peu favorable : la grande majorité des Français avait connaissance de la fermeture provisoire des déchetteries (81%) ou de l’interruption provisoire de la collecte des emballages recyclables (58%).
  • Ces changements et les consignes sanitaires, s’ils n’ont pas éloigné les Français du geste de tri, ont généré, à la sortie du confinement, des incertitudes pour un Français sur deux sur les consignes à respecter pour l’ensemble de leurs déchets, contre 40% pour qui « tout est très clair ». Ces hésitations ne remettent cependant pas en cause l’importance du tri et du recyclage, 91% des Français jugeant le traitement et le recyclage des déchets comme des secteurs « essentiels » au même titre que l’alimentation et l’énergie.
  • Autre impact de la crise sur les perceptions des consommateurs : un rapport plus lucide au volume de déchets qu’ils produisent au quotidien et pour 63% d’entre eux, le souhait de limiter cette production.

Les Français aspirent à une amplification du mouvement vers un modèle favorisant le respect de l’environnement et la sobriété

91% des Français constatent aujourd’hui que les pollutions et le dérèglement climatique ont des conséquences sur leur santé ou sur leur qualité de vie. Ils aspirent désormais à une réinvention du monde dans lequel ils vivent, favorisant une plus grande protection de l’environnement. Interrogés sur leur rôle dans ce monde plus écologique, les Français identifient le tri, le recyclage et les emballages comme des marqueurs de leurs choix de consommation post-crise.

  • Suite à la crise sanitaire, les Français expriment l’envie de s’impliquer davantage pour l’environnement. Ainsi, près de la moitié a envie d’ « en faire plus qu’avant ». C’est encore plus vrai chez les jeunes de 18 à 24 ans, qui sont près de 70% dans ce cas.
  • Pour progresser en matière de tri, de recyclage et plus globalement en matière d’économie circulaire, les Français privilégient l’achat de produits avec moins d’emballages ou de produits comportant des emballages contenant des matières recyclées (36% et 33% déclarent vouloir « le faire plus qu’avant »), l’achat de recharges pour les produits d’hygiène et d’entretien (32%) et  l’achat en vrac (31%), faisant de l’emballage un marqueur de leurs choix de consommation post-crise.
  • Si la crise sanitaire a bouleversé le quotidien des Français, le geste de tri a gardé toute sa place dans leurs habitudes. En effet, 93% des Français jugent ce geste utile pour agir contre la dégradation de l’environnement.
#geste de tri#covid19#études
Malgré la crise sanitaire, le geste de tri résiste