• Accueil
  • Le Mag
  • Pots et barquettes : mieux les concevoir, mieux les recycler
Grand Dossier

Pots et barquettes : mieux les concevoir, mieux les recycler

#éco-conception#recyclage

La familles des pots et barquettes regroupe aussi les boîtes, blisters ou tubes en plastique. Pour les papiers-cartons, on parlera d'emballages rigides. Grâce à la simplification du tri qui se déploie en France, de plus en plus de Français trient ceux qui sont en plastique, mais leur recyclage n’en est qu’à ses débuts. Comment développer leur éco-conception et leur recyclage ? Quels sont les projets de R&D et les innovations en cours ? Etat des lieux et perspectives.

Tout savoir sur les projets de R&D en cours

Citeo investit dans la recherche et développement pour trouver des solutions d’éco-conception,
de réemploi et de recyclage pour 100 % des emballages
, car nous croyons en la complémentarité des solutions pour limiter notre impact sur la planète.
Au printemps 2019, suite à plusieurs appels à projets, 30 innovations ont été sélectionnées et sont soutenues techniquement et financièrement par Citeo à hauteur de 7,5 millions d’euros. Elles sont portées par des consortiums et des partenariats réunissant metteurs en marché, fabricants
d’emballages et recycleurs. Dans ce document, nous proposons un point d’étape sur les projets
de R&D et les innovations pour les pots et barquettes
mais aussi pour les emballages souples.

370 000

tonnes de pots et barquettes mises sur le marché français en 2018

145 000 tonnes de pots et barquettes en PE (polyéthylène) et en PP (polypropylène)

  • Ce sont principalement des barquettes en PP que l’on trouve dans les secteurs de la charcuterie, viande, traiteur.
  • Le PP est utilisé pour sa résistance aux changements de température (de la congélation au passage au micro-ondes). Il offre également des possibilités de conditionnement à chaud.
  • On trouve aussi des pots en PP et des tubes en PE dans le secteur de la cosmétique et des boîtes en PP ou PE pour conditionner du chocolat en poudre ou des détergents.

Quelle recyclabilité ?

Les pots et barquettes en PE et en PP sont recyclables sur les lignes de recyclage existantes et historiquement dédiées aux bouteilles en PE et en PP. Sous réserve du respect de certains critères d’éco-conception, les boites et tubes en PE sont mélangés aux bouteilles et flacons et pourront devenir notamment des tuyaux pour le BTP. Les emballages en PP sont isolés et recyclés dans des secteurs comme l’automobile. Pour diversifier les marchés et augmenter la valeur ajoutée de la matière recyclée, les projets de R&D en cours visent à retourner à l’emballage, si possible apte au contact alimentaire.

Ce qui doit progresser

  • La recherche de solutions détectables en centre de tri pour les emballages sombres.
  • La suppression des charges minérales faisant basculer la densité des emballages en PP et en PE au-dessus de 1.
  • La compatibilité des éléments associés (buvard, étiquettes, colles, etc.) avec le recyclage de l’emballage.
  • Les technologies de séparation pour augmenter la valeur ajoutée de la matière recyclée.

Découvrez les solutions pour des emballages sombres détectables en centre de tri

Emballages sombres en plastique : comment les rendre détectables en centre de tri pour mieux les recycler ?

#éco-conception#plastiques

105 000 tonnes de pots et barquettes en PS (polystyrène)

  • Pots dans le secteur frais, pots de yaourt, crème dessert, crème fraîche, etc.
  • Le principal atout du PS pour ce secteur : la sécabilité. Une fonction très recherchée notamment pour conserver le format « par quatre » des yaourts et crèmes dessert.
  • Barquettes dans le secteur de la viande et du poisson. Ces barquettes sont en XPS, un matériau isolant et léger très adapté notamment au transport et à la conservation de ces produits.
  • On trouve aussi des éléments de calage en PSE (polystyrène expansé), utilisé majoritairement pour ses capacités de résistance au choc et sa légèreté.

Quelle recyclabilité ?

Les emballages en PS qui sont aujourd’hui triés sont recyclés principalement en Europe. Mais la filière reste à optimiser et à pérenniser en développant le recyclage en France, en maximisant les rendements et en permettant à la matière recyclée de retourner dans de nouveaux emballages alimentaires.

Ce qui doit progresser

  • La conception d’emballages 100 % en PS.
  • Le développement de filières de recyclage mécanique et chimique en France.

50 000 tonnes de pots et barquettes en PET (polyéthylène téréphthalate) 

  • Emballages de fruits et légumes, viennoiseries.

35 000 tonnes de pots et barquettes en PET/PE

  • Emballages de viande, charcuterie, poisson, traiteur. Le PE permet de sceller l’opercule à la barquette.

Quelle recyclabilité ?

Parce qu’elles ont un comportement différent dans les lignes de recyclage existantes, les barquettes ne peuvent pas être recyclées en mélange avec les bouteilles. Les projets de recyclage (menés en cohérence avec la définition des critères idéaux d’éco-conception) que nous accompagnons doivent permettre de créer des lignes dédiées, pour favoriser une boucle barquette à barquette, à travers des procédés de recyclage mécanique ou chimique.  

 

Ce qui doit progresser 

  • Le passage des barquettes en PET/PE à des barquettes en PET.
  • La compatibilité des opercules avec le recyclage des barquettes.
  • La compatibilité des éléments associés (buvards, étiquettes, colles, etc.) avec le recyclage des barquettes.

35 000 tonnes d'autres pots et barquettes

  • C’est un groupe très hétérogène. Il comprend les barquettes et blisters en PVC et en PVC/PE encore présents dans la charcuterie, les produits traiteurs et les médicaments.
  • On trouve également des emballages en PLA, un matériau biosourcé à base d’amidon de maïs ou de canne à sucre ; notamment des pots de yaourt.
  • On compte aussi : des pots PETg ou PMMA, dont la brillance est particulièrement appréciée dans le secteur de la cosmétique ; des blisters en PVC ou PETg ; des emballages ou éléments en ABS, POM dans la cosmétique également. 

Quelle recyclabilité ?

Aujourd’hui, ces emballages ne sont pas recyclés. Pour plusieurs raisons : des gisements
trop faibles et difficiles à massifier, des filières existantes non adaptées et potentiellement
impactées négativement par la présence de ces produits, l’absence de solutions
techniques. À l’exception du PVC qui pose problème y compris quand il est valorisé en
énergie, la R&D pourrait permettre de développer le recyclage des résines qui prouveraient leur efficacité économique et environnementale, et qui seraient adoptées de manière très substantielle par le marché. 

Ce qui doit progresser

  • La suppression du PVC.
  • Les alternatives en PP, PE, PET et éventuellement PS.
  • L’émergence d’une filière de recyclage pour les barquettes operculées.
  • Les alternatives en matériaux recyclables : verre, acier, aluminium, papier-carton.
  • Les alternatives réemployables.
960 000

tonnes d'emballages rigides en papier-carton mises sur le marché français.

  • Les emballages rigides en papier-carton sont une famille d’emballages très divers qui représente environ 85 % des emballages en papier-carton ménagers, soit près de 960 000 tonnes : caisses, boîtes, étuis, gobelets, emballages en cellulose moulée (barquettes ou éléments de calage), emballages en cellulose emboutie (barquettes en particulier) et briques alimentaires.
  • Les emballages en papier-carton non complexés, c’est-à-dire constitués essentiellement de papier-carton, sont parfaitement recyclables dans la filière papier-carton. Pour les autres, les principaux challenges en matière de recyclabilité portent sur les besoins en propriétés barrières (à l’eau, à l’air, aux graisses). Ces fonctionnalités essentielles pour protéger les produits nécessitent généralement l’ajout au papier-carton de matériaux barrières et/ou thermosoudables souvent en plastique, ce qui entraîne une perte de matière papier-carton au recyclage. Les innovations en cours portent donc sur la réduction, voire la suppression des matériaux associés au papier-carton.
  • Enfin, des travaux de R&D sont menés pour améliorer la qualité et les propriétés fonctionnelles des emballages en cellulose moulée, de plus en plus sollicités comme alternatives au plastique, que ce soit pour des éléments de calage ou des emballages (barquettes, couvercles de gobelets, etc.).

Plus d'articles

#éco-conception#recyclage#emballages